Harcèlement moral au travail

Pourquoi aujourd’hui j’ai envie d’en parler car tout simplement je ne pensais pas qu’un jour j’y serais confrontée (ces pensées ont été écrites pendant mes vacances, peut être une certaine thérapie pour évacuer et faire le deuil de ce qui a été et ne sera plus, mais surtout une honte et un repli sur soi même).

Je l’avais lu, je l’avais entendu dire, mais tant que l’on n’est pas concerné on se croit à l’abri des agissements d’autrui.

Et puis un jour, suivi d’un autre jour on se rend à l’évidence « on gêne », « on fait peur », « on se méfie de vous », « on vous jalouse », « on se désintéresse de vous », « on ne vous donne plus rien », alors « on vous ignore », « on vous exclue », « on vous critique ».

Depuis maintenant trois ans je vis au quotidien cette situation qui a portée atteinte à ma santé physique mais surtout morale.

A la suite de plusieurs fusions, la hiérarchie, insidieusement, a supprimé mon activité et répartie mon équipe, me promettant mont et merveille, ce qui n’a été finalement que de la « poudre aux yeux ».

Au fil des jours, des mois, des années, je me suis sentie « nulle » avec une perte de confiance jumelée par une perte d’autonomie finissant par m’anéantir complètement. A plusieurs reprises j’ai essayé de rebondir par des projets, des initiatives, des explications, des demandes de changements de poste, mais en vain.

Il est triste et déboussolant de s’entendre dire des reproches injustifiés alors que cela n’a jamais été le cas, bien au contraire. Alors pourquoi autant d’indifférences, de mépris, plus d’échanges, la valeur des gens n’a donc plus sa place au sein des entreprises, je le pense sincèrement. Nous ne sommes plus que des pions que l’on déplace ou que l’on range dans un placard sans la moindre considération alors qu’il s’agit d’un être humain.

Maintenir quelqu’un dans l’ignorance des dernières dispositions, des changements, des projets, des réunions, sont des stratégies qui portent ces fruits pour détruire quelqu’un lentement.

Aujourd’hui j’ai perdu le goût de la conscience professionnelle, je ne me reconnais plus moi même, je n’ai plus envie de rien ni de me battre, juste survivre pour vivre. Pour me rassurer et retrouver une certaine confiance en moi j’ai passé un « bilan de compétence » qui s’est avéré positif sur mes capacités professionnelles et ma personnalité.

Actuellement je fais des travaux de débutants, par ci par là, je ne cours plus dans tous les sens, je ne me déplace plus, je n’ai plus de contacts extérieurs, le téléphone ne sonne pratiquement plus et je ne renseigne plus personne. Je passe mes journées seule dans mon bureau.

Alors pour me valoriser j’ai décidé de mettre mes compétences au service des autres en faisant du bénévolat une fois par semaine dans ma commune. Je commence la semaine prochaine et je suis ravie.  J’ai aussi d’autre projet que je souhaite réaliser.

Autour de moi j’entends beaucoup de personnes vivre la même situation que moi. La mentalité des employeurs a beaucoup changé au cours des années. Une carrière ne se fait plus sur un niveau d’études, de diplômes, de compétences ou d’expérience professionnelle pour progresser ou changer de poste, non, on privilégie « le copinage » pour l’attribution des postes à responsabilité et peu importe si la personne est compétente ou pas ,et bien sur le constat final la quantité prime sur la qualité.

Triste constat mais triste réalité……

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 


23 commentaires

1 2 3
  1. Esteban Nusom dit :

    Very wonderful info can be found on site .

  2. Anibal Lauinger dit :

    excellent post. Ne’er knew this, thankyou for letting me know.

  3. Anibal Lauinger dit :

    Woh I like your articles , saved to fav! .

1 2 3

Répondre

CENTRE-BRETAGNE : KERPERT, ... |
Un peu de tout |
PAZIOLS corbières |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Essai de philosophie
| mesarticlesavendre
| CAP 2002 Français, Histoire...