Maman existes-tu !

Pourquoi tu n’as pas su m’aimer

Pourquoi tu n’as pas su m’adorer

 

Les souvenirs des jours heureux

N’ont pas les stigmates du sourire

Mais les marques de la douleur

Imprégnées à vie dans un soupir

 

Pourquoi tu n’as pas su me parler

Pourquoi tu n’as pas su m’écouter

 

Ma mémoire à occulter mes pleurs

Si souvent versés seule dans le noir

Je restais prostrée sans aucune douceur

Par peur des représailles sans me mouvoir

 

Pourquoi tu n’as pas su me protéger

Pourquoi tu n’as pas su me défendre

 

Tant de fois j’ai cherché la vérité en vain

Le passé n’est pas une excuse valable

Pour répandre ces maux sans teints

Ton cœur de pierre est resté invariable

 

Pourquoi tu n’as pas su m’enlacer

Pourquoi tu n’as pas su me rassurer

 

J’ai attendu, tendu mes mains vers toi

En guettant le moindre geste tendre

Mes illusions se sont ternies en moi

Ma crédulité n’a jamais pu t’atteindre

 

Pourquoi tu n’as pas su changer

Pourquoi tu n’as pas su comprendre

 

Femme autoritaire tu resteras pour tous

Sans la moindre envie de complicité

La suspicion était ta sentence entre nous

Malgré les années passantes aucune véracité

 

Si toi tu n’as pas su m’aimer

Moi aujourd’hui je t’ai pardonné

Pour que tu existes « Maman ».

Tendresse

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

 


18 commentaires

  1. fleurdelyss dit :

    Coucou Douceur
    Ce poeme est très dur et très triste…..
    J’ai eu la chance d’avoir une maman débordante d’amour….Aujourd’hui, je ne l’ai plus, et elle me manque…
    Merci pour vos messages.
    Je vous souhaite une bonne semaine.
    Bisous

    Dernière publication sur Le Monde de la Photo et de la Création : zzzzzzz

  2. fleurdelyss dit :

    L’image aussi en dit long…..J’ai du mal à la regarder…..
    Je la trouve terrible….
    Bon lundi
    Bisous

    Dernière publication sur Le Monde de la Photo et de la Création : zzzzzzz

  3. Bonjour Tendresse

    je ne trouve pas bien les mots pour dire ce que je ressens.Le texte exprime de la douleur que l’on partage pendant la lecture.
    Tu déclare ton amour à ta maman et tu lui pardonnes,mais il reste des regrets et une frustration immense comme un vide qui ne sera semble t’il jamais comblé. Aujourd’hui,je ne sais pas si tu as pu ou voulu partager tes émotions avec ta maman, ou lui faire lire ce poème. Il me semble qu’il est important avec des mots d’amour de « vider son sac » (je n’aime trop cette expression) Certains poids sont bien trop lourds à porter toute une vie.
    Je t’embrasse
    Thierry

    Dernière publication sur LA FEUILLE BLANCHE : IMPOSTURE

  4. francis02 dit :

    bonjour Tendresse
    je suis un peu triste de savoir ce que tu ressens en pensant à ta mère…la mienne est tellement super
    Mais je regarde l’image et je me dit que si tu l’as mise et si tu as écrit ce que je lis c’est tu as vraiment souffert et que tu souffre encore
    je te souhaite un apaise^ment bien sincère
    plein de bisous

    Dernière publication sur NOUVELLES d'hier, d'aujourd'hui, de demain : Articles du 1° mai

  5. chamade1000 dit :

    Bonjour Tendresse
    Au début, je croyais que ce texte s’adressait à une autre personne. Mais non! Dommage que ce soit à une maman. Très durs à lire ces mots. Mais c’est vrai que trop souvent certains parents ne jouent pas leur rôle. Peut-être en souffrent-ils? Qui sait? Peut-être cachent-ils une douleur secrète dont ils ne veullent pas parler. Ma mère m’a beaucoup aimée. Mon père m’a mal aimée et j’en souffre encore. J’aime beaucoup la fin de ton poème car je pourrais reprendre ces mots pour mon père. Je lui ai pardonné aussi pour qu’il existe même s’il n’est plus là. L’image est difficile à regarder. J’étais ainsi « petite ». Je subissais mais je ne pouvais rien dire. Merci à toi pour ce partage émouvant.
    Bises Francine

    Dernière publication sur Mes émotions : A cette enfant que j'étais °°°°°

  6. vrl dit :

    Coucou Tendresse,

    Je viens de lire ton poème sur ta Maman, il est très bien écrit et triste à la fois. Cela doit faire autant de bien de faire ressortir le bonheur que le malheur que l’on a vécu, et je vois que c’est ton cas. je suis désolée pour toi, ton enfance n’a pas du être gaie.
    Je t’embrasse
    VERO

  7. Papatte dit :

    c’est presque mot pour mot ce que j’aurais pu écrire à la mienne! mais je lui ai pardonné !
    bon lundi
    bisouxxx baveuxxx

  8. cmarie75 dit :

    Maman existes-tu !

    Tout ce que tu décris sur ta maman c’est exactement la meme chose pour ma  » mère  »

    La même question c’est posée pour moi depuis mes 14 ans .
    La réponse; je n’ai jamais eu de  » maman « mais une mère qui n’a été que souffrance pour moi psychologiquement .
    Je n’ai rien à lui pardonner car pour moi elle n’existe plus .
    Je l’ignore maintenant .

    Comme je comprends ta souffrance mon amie ,ta vie ressemble à ma vie
    ta maman ressemble à ma mère .

    je t’embrasse mon amie .

    Marie

  9. patandco dit :

    Magnifique poème dont j’aime beaucoup le rythme. On ressent de la rancoeur et de la tristesse mais l’essentiel est que tu aies accordé ton pardon.
    « Grand est celui qui peut pardonner » Tiens ! c’est pas mal ça ! Et c’est de moi ! Lol!
    Amicalement

    Dernière publication sur En tout coeur, tout honneur ! : Patricia MENN au Salon du livre d'Avrillé 27 novembre 2016

  10. 4aru7eb dit :

    Bonjour, Tendresse en lisant ton poème les larmes se mirent à couler,toi qui est toute douceur, tendresse, comme dit Chamade la fin de ton pème est sublime, c’est la seule façon de vivre en Paix et surtout d’aimer de donner de la tendresse;
    Moi ma maman est une maman d’amour elle a bientôt 98 ans
    Tu vois j’ai quitté la Mer me voici à la campagne, mais tu sais je suis à la retaite, je suis une mamie (rires)
    Je te souhaite une bonne soirée
    Merci pour le partage de ce poème beau et triste et plein d’amour
    Bisous
    Suzanne

1 2

Répondre

CENTRE-BRETAGNE : KERPERT, ... |
Un peu de tout |
PAZIOLS corbières |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Essai de philosophie
| mesarticlesavendre
| CAP 2002 Français, Histoire...