L’amour au moyen âge

L’amour :

Au moyen âge, l’union des coeurs est le principe de toutes les vertus. L’amour est obligatoirement adultère.

L’amour exige le secret, pas seulement pour son caractère adultérin, mais aussi parce qu’il est une chose trop grave pour être divulgué.

L’amour devient un art, une mystique, une exaltation de l’âme et une délicieuse souffrance.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Le rôle de l’église :

A cette époque l’église au grain et la pensée chrétienne exclut le plaisir sexuel et promeut seulement les unions légitimes pour la procréation afin d’agrandir la « famille de Dieu ». A cette période de l’histoire les « mariages heureux » ont par ailleurs laissé moins de traces que les « désamours ». Pour l’église l’amour était dangereux si elle avait les attraits d’une passion passionnelle et charnelle.

Le clergé fixait la norme en reléguant les sentiments après le mariage et excluait le plaisir sexuel.

Pourtant, les sentiments et le plaisir existaient comme le prouvent les lettres de rémission ou la correspondance célèbre le maître de philosophie  Abélard  et son élève  Héloïse.

Pour l’église, l’amour est une passion inquiétante qui faisait perdre la tête.

 

Image Hosted by ImageShack.us


 

Les rois mérovingiens :

Ces rois, malgré l’opposition de l’église, ont pu participer une polygamie dans le souci d’établir des alliances et pas seulement pour satisfaire leur libido. Paradoxalement, malgré d’évidentes positions misogynes, l’église a pu protéger les femmes en s’opposant de plus en plus fermement aux répudiations, aux violences ou à la polygamie. La publication des bans de mariage et la dénonciation des mariages clandestins ont ainsi permis de lutter contre la répudiation.

 

 

Les interdictions fixées par la liturgie :

Interdictions d’avoir des rapports sexuels pendant les cycles de la femme et lors du calendrier religieux, soit  le jeudi, vendredi, dimanche, carêmes, fêtes des saints, etc ….Finalement peu de jours. Il y avait un temps pour tout celui de la sexualité et de la  procréation comme il y avait un temps pour les labours ou les semailles !

 

 

Le nom de la   « Rose »   :

L’un des plus grands succès littéraires du Moyen âge un traité de « l’art d’aimer » dû à  Guillaume de Lorris et à Jean de Meun  montrent sans pudeur que « la cueillette de la rose » est le seul but qui compte dans les relations entre les hommes et les femmes.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Un film  « Au nom de la Rose »  de Jean-jacques Annaud nous montre si bien ces interdits.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

La famille :

Si l’amour fondé sur les sentiments est possible, les mariages nécessitent toujours le consentement familial, surtout dans les milieux aisés, où les stratégies matrimoniales recherchent avant tout un renforcement de la puissance, du prestige, une meilleure sécurité ou une augmentation de la richesse. Le bonheur de son prochain n’est pas de mise à cette époque.

 

 

Les femmes :

Les femmes du petit peuple et les bourgeoises jouissent d’une assez grande liberté. Majeure à douze ans  elles sont libres de gérer leurs biens, de se marier, de voter même. Bien des métiers leur sont accessibles.

Pour les femmes nobles il en va tout autrement. Dans l’univers violent, agressif, essentiellement viril des châteaux, elle ne compte guère. Son sort est lié à la terre, seule garantie du pouvoir. Ainsi est-elle une monnaie d’échange pour les seigneurs qui désirent accroître leurs biens et assurer une descendance. Les fillettes sont promises parfois dès leur naissance à des hommes souvent bien plus âgées qu’elles. Leur rôle est pourtant non négligeable pusqu’en l’absence de leur époux qui, lorsqu’il n’est pas en guerre, s’adonne à la chasse, c’est à elles de gérer et d’administrer leurs biens.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Le mariage :

Le consentement des deux conjoints est nécessaire. La cérémonie est sacralisée, bénie par un prêtre, mais quelque fois par le roi lui même suivant les circonstances du mariage. Pour protéger la femme contre son mari, il est ordonné à celui-ci de lui constituer un douaire, un capital, dont le montant est fixé au tiers ou à la moitié de ses biens selon les régions. A la mort de sa femme, le douaire revient aux enfant de son époux, même si elle est remariée. La répudiation est interdite et l’adultère est sérieusement condamné. La mise à mort est encourue si ce n’est la réclusion dans un couvent.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Le divorce :

Celui-ci n’est autorisé qu’en trois cas après une enquête de moralité effectuée par un prêtre (le clergé à tous les pouvoirs en la matière) et la consultation de témoins :

- La stérilité ou l’impuissance,

- La consanguinité étendue au 7° degré de parenté,

- L’ordination ultérieure de l’un des conjoints, dans la majorité des cas de nombreuses femmes furent obligées d’entrer au couvent à une certaine époque, contre leur volonté.  Charlemagne,   pour former des alliances, n’hésita pas à utiliser ce procédé pour répudier ces concubines.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Quelques règles de l’amour « courtois » à cette époque :

- A la mort (e) un délai de deux ans est nécessaire avant de s’adonner à un nouvel amour,

- Personne ne doit être privé de l’être aimé sans la meilleure des raisons,

- L’amant doit aimer une femme de condition supérieure à la sienne,

- L’amour doit rester secret s’il veut durer,

- Le coeur d’un amant tressaille à la vue de son amour,

- La conquête amoureuse se doit d’être lente et ardue,

- Le parfait amant pâlit en présence de la dame de son coeur,

- Seule la vertu digne rend digne d’être aimé,

- L’amoureux vît dans la crainte,

- La jalousie fait croître l’amour,

- Qui n’est pas jaloux ne peut aimer,

- Le tourment de l’amour chasse l’appétit et le sommeil,

- Amour ne rime pas avec luxure,

- Si rien n’empêche une femme d’être aimé par deux hommes, un homme a également le droit d’être aimé par deux femmes,

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

 

Conclusion :  en lisant ces quelques règles de courtoisies de cette époque, à bien y réfléchir, il en reste encore quelques unes au XXI ème siècle.

 


27 commentaires

  1. laurearnoux dit :

    Comment ne pas s’ arrêter sur une telle page!
    Moi qui n’ avait plus qu’ un vague souvenir de l’ histoire! ouvrons grands nos yeux pour ceux qui comme moi n’ ont pas écouté suffisamment les cours !
    c’ est une excellente idée Tendresse que nous faire redécouvrir l’ art de l’ amour!
    les règles d’ or d’ antan!
    un voyage à travers les années les siècles! J’ ai visionné 10 fois  » au Nom de la Rosa!
    d’ une part parce que j’ aime l’ acteur principal et d’ autre part parce qu’ il ouvre nos consciences!
    bravo!
    lorette

  2. cmarie75 dit :

    MAGNIFIQUE j’aime beaucoup l’histoire ( uune matière que j’aimais et que j’aime )

    Il n’y qu’un petit pas de fait entre le moyen âge et le notre si tu regardes bien dans certain pays c’est encore ainsi ou la religion est très importante ,elle dirige encore pas mal .
    Plus on avance et plus on recule .

    Très beau Tendresse .
    Pour le film je l’ai adoré ,j’adore encore Merci Mr Unberto Eco ( grand écrivain et philosophe )

    à plus bises
    marie

  3. j’ai adoré le film « Le nom de la Rose »….et j’ai lu le livre. Alors j’ai pensé qu’aprés avoir parlé de l’amour dans l’antiquité venait ensuite le moyen âge.
    Bises à toutes les deux pour vos commetaires sympathiques. Tendresse

  4. TendreEsperance dit :

    Tu as des articles très interessants, je n’aime pas survoler, donc je repasse ce soir pour lire tranquillement!!! gros bisous doux!!!

  5. sanae dit :

    hfzguhqzjie tgv
    bv

  6. jctrestini dit :

    L’amour de moy
    (XIVe siècle)
    Refrain
    L’amour de moy s’y est enclose,
    Dedans un joli jardinet,
    Où croît la rose et le muguet,
    Et aussi fait la passerose.

    Ce jardin est bel et plaisant ;
    Il est garni de toutes flours ;
    On y prend son ébattement
    Autant la nuit comme le jour.

    Refrain
    L’amour de moy s’y est enclose,
    Dedans un joli jardinet,
    Où croît la rose et le muguet,
    Et aussi fait la passerose.

    Hélas ! Il n’est si douce chose
    Que de ce doux rossignolet
    Qui chante au soir, au matinet,
    Quand il est las, il se repose.

    Refrain
    L’amour de moy s’y est enclose,
    Dedans un joli jardinet,
    Où croît la rose et le muguet,
    Et aussi fait la passerose.

    Je la vis l’autre jour, cueillir
    La violette en un vert pré,
    La plus belle qu’oncques je vis,
    Et la plus plaisante à mon gré.

    Refrain
    L’amour de moy s’y est enclose,
    Dedans un joli jardinet,
    Où croît la rose et le muguet,
    Et aussi fait la passerose.

    Je la regardai une pose :
    Elle était blanche comme lait
    Et douce comme un agnelet,
    Et vermeillette comme rose.

    Refrain
    L’amour de moy s’y est enclose,
    Dedans un joli jardinet,
    Où croît la rose et le muguet,
    Et aussi fait la passerose.
    Merci d’être passée « chez moi »…Jean-Claude

  7. used pinball machines for sale dit :

    Thank you for all of the effort on this blog

  8. military electronics dit :

    One of my favorite posts.

  9. Ardelle Bressette dit :

    Usually I don’t read article on blogs, but I would like to say that this write-up very forced me to try and do so! Your writing style has been amazed me. Thanks, very nice article.

  10. Prawo jazdy Warszawa dit :

    Valuable information. Lucky me I found your site by accident, and I’m shocked why this accident didn’t happened earlier! I bookmarked it.

1 2 3

Répondre

CENTRE-BRETAGNE : KERPERT, ... |
Un peu de tout |
PAZIOLS corbières |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Essai de philosophie
| mesarticlesavendre
| CAP 2002 Français, Histoire...